Soutien aux étudiants sans affectation à l’Université

Actualité

Publiée le 24 novembre 2021
Paris-Nanterre : le maire interpelle à nouveau la ministre de l’Enseignement Supérieur sur ses responsabilités envers les étudiants "sans-fac".

Devant une situation figée, le maire de Nanterre, Patrick Jarry, a saisi une nouvelle fois la ministre de l'Enseignement supérieur pour qu'elle se préoccupe du sort des étudiants toujours sans-fac en cette fin d'année. Retrouvez ci-dessous l'intégralité de son communiqué :

"Depuis plusieurs semaines, la communauté éducative – familles, étudiants, enseignants, élus– se mobilise pour réclamer l’inscription de néo-bacheliers et étudiants toujours sans affectation aujourd’hui, dans des filières de formation au sein de l’université Paris-Nanterre. Si l’équipe présidentielle de l’université est parvenue à résoudre 300 situations en allant au-delà de ses capacités d’accueil réelles, plusieurs dizaines de jeunes, notamment de Nanterre, demeurent sans affectation aujourd’hui. Faute de ressources, de locaux et de personnels enseignants et administratifs, l’Université est en effet confrontée à une équation complexe qui l’oblige à refuser des inscriptions dans un contexte de sélection accrue à l’échelle nationale. En effet, alors que le taux moyen d’encadrement national des étudiants est de 4 enseignants-chercheurs pour 100 étudiants, il est inférieur à 2 enseignants-chercheurs pour 100 étudiants à Nanterre.

Soumise à cette difficulté, l’Université se retrouve par conséquent en déficit de ressources enseignantes. Dans une ville historiquement populaire comme Nanterre, où l’éducation et la lutte contre les inégalités sociales sont au coeur des préoccupations, la municipalité partage entièrement la colère et la détresse de ces jeunes. A chaque rentrée scolaire, et en particulier depuis la mise en place de la plateforme Parcoursup, nous constatons avec sidération un nombre
croissant de jeunes et de familles en désarroi face à ce qu’ils ressentent légitimement comme un abandon, un échec et une injustice. Dans un récent courrier adressé à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le maire avait rappelé qu’il était indispensable que tous les moyens nécessaires soient mobilisés afin que l’ensemble des étudiants de Nanterre et ailleurs puissent, dans l’immédiat et à l’avenir, avoir une chance de poursuivre leur scolarité dans la formation de leur choix. C’est en investissant massivement dans notre service public de l’enseignement supérieur que nous donnerons à la jeunesse les moyens d’atteindre ses ambitions.

La municipalité a également demandé au ministère d’examiner avec bienveillance la situation actuelle de tous les étudiants sans affectation à Nanterre et ailleurs."