"Une reconnaissance attendue"

Actualité

Publiée le 15 octobre 2021
Le maire, Patrick Jarry, a réagi à la visite annoncée du Président de la République au pont de Bezons pour la commémoration du 17 octobre 1961.

Le maire a réagi par voie de communiqué de presse à la visite annoncée du président de la République à Colombes dimanche. Ci-dessous l'intégralité de sa réaction :

" Je me réjouis de la décision du Président de la République de se rendre demain sur le pont de Bezons pour rendre hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961. C’est un acte attendu depuis de très nombreuses années, et pour lequel Nanterre se mobilise inlassablement aux côtés d’autres communes, d’associations, d’historiens et de chercheurs.
Il est essentiel que l’Etat, au plus haut niveau, reconnaisse enfin sa responsabilité dans la terrible répression d’une manifestation pacifique et légitime, qui a fait des centaines de morts, alors que son seul objectif était d’obtenir la levée d’un couvre-feu discriminatoire.
La population Algérienne de Paris et de sa banlieue, dont de nombreux manifestants venaient des bidonvilles de Nanterre, a été confrontée à une répression d’une violence inouïe. Des milliers de personnes furent matraquées, des coups de feu ont été tirés, des corps piétinés et jetés dans la Seine. Cette répression sanglante ayant été ordonnée par le préfet de police Papon, il est légitime de reconnaître que ce qui s’est passé ce jour-là était bien un crime d’Etat.
Bien que tardive, cette reconnaissance est un encouragement adressé à celles et ceux qui se mobilisent au quotidien pour construire une mémoire commune et partagée, sans laquelle il n’existe pas de destin commun. La ville de Nanterre a contribué à ce travail, en installant dans l’espace publique une plaque dédiée aux victimes du 17 octobre il y a près de vingt ans, en inaugurant un boulevard du 17 octobre 1961 il y a dix ans, et en inscrivant cette date dans le calendrier officiel des cérémonies locales."