Rénovation énergétique : la ville récompensée

Environnement

Publiée le 18 novembre 2020
La ville de Nanterre a reçu, ce 18 novembre, le trophée des communes pour la rénovation énergétique lors de sa première édition.

Nanterre est lauréate du trophée des communes pour la rénovation énergétique dans la catégorie des communes de plus de 30 000 habitants, remise ce mercredi 18 novembre par l’Association des maires d’Île-de-France (AMIF), l’Agence régionale énergie-climat (AREC), le département énergie-climat de l’Institut Paris-région et Île-de-France énergies. Cette distinction récompense le travail mené par la ville depuis plusieurs années en matière d’amélioration de la performance énergétique des parcs public et privé. Patrick Jarry, Maire de Nanterre, a déclaré à l’issue de ce trophée : « Avec ce prix, nous sommes confortés dans la volonté de poursuivre cette trajectoire et faire montre d’une ambition à la hauteur des enjeux sociaux et environnementaux auxquels nos sociétés sont désormais confrontées ».

Consciente des enjeux environnementaux et sociétaux auxquels les villes sont aujourd’hui confrontées, la municipalité porte en effet depuis les années 2000 un programme ambitieux d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments. Cette orientation participe de deux objectifs principaux. D’une part, la rénovation énergétique des parcs privés et public contribue à une démarche globale de développement durable en réduisant considérablement la consommation énergétique dans la ville et de la ville. En 2007, Nanterre a été l’une des premières commune à se doter d’un Plan climat-énergie territorial (PCET), cinq ans avant que la démarche ne soit rendue obligatoire par la Loi Grenelle 2. Le second plan climat, adopté en 2015, comprend la performance énergétique dans ses objectifs stratégiques. D’autre part, la rénovation thermique fait réponse à la précarité énergétique, un phénomène qui touche près de 5 millions de ménages en France et de nombreux Nanterriens.

Les deux actions valorisées par le Trophée des communes reflètent ces ambitions. Le programme COPRO21, un dispositif contribuant à l’amélioration de l’habitat privé et plus spécifiquement à la lutte contre la précarité énergétique, a permis d’accompagner techniquement, administrativement et financièrement des copropriétaires dans leurs démarches de rénovation thermique. Ce sont 326 ménages Nanterriens qui ont bénéficié de ce dispositif pour un gain énergétique moyen de 33%.

Second projet primé, l’extension et la réhabilitation du groupe scolaire Maxime Gorki attestent quant à elles de l’objectif d’éco-exemplarité affiché par le patrimoine communal. L’attention portée à la performance énergétique des bâtiments du groupe scolaire, lesquels atteindront le niveau BBC rénovation quand ils ne seront pas à énergie positive, complète par exemple la mise en place d’un traitement de l’air et une reconfiguration des espaces extérieurs. Ainsi, il est prévu l’aménagement de cours de récréation végétalisées et innovantes, visant à favoriser la mixité entre les filles et les garçons. Ces deux volets structurent l’engagement durable de Nanterre pour l’amélioration du cadre de vie de ses habitants, et d’une stratégie ciblant les parcs de locaux public comme privé.