Confinement: que faire en cas de violence conjugale ?

Actualité

Publiée le 22 avril 2020
Les violences conjugales ne cessent malheureusement pas en cette période de crise : composez le 17 ou le 3919. Le 119 pour les violences sur enfant.

Si vous êtes victime de violences conjugales, vous avez plusieurs possibilités

  • En cas d’urgence absolue, il faut appeler la police : le 17. Il n’y a pas d’obligation de confinement dans les cas de mise en danger de la vie de femmes ou d’enfants. Les forces de l'ordre ont pour consigne d'intervenir en urgence sur ces situations.
  • Vous pouvez aussi appeler le numéro dédié à ces violences au 3919.
  • Vous pouvez joindre à Nanterre:
    • le CIDFF92, Centre d’Information sur le Droit des Femmes et des Familles. Une permanence est assurée, soit par mail cidff92nord@gmail.com, soit par téléphone au 06 23 88 80 74. Une personne qualifiée vous répond ; si besoin une juriste vous rappellera. Permanence 10h-13h, 14h-18h.
    • Le comité Femmes Solidaires est également à votre écoute au 07 67 07 51 95.
  • Une stratégie utile en temps de confinement : prétextez aller faire des courses et profitez-en pour appeler les numéros de soutien ou d’urgence ou donner l'alerte une pharmacie. Depuis le 26 mars, un système a été mis en place dans toutes les pharmacies pour prévenir les forces de police et de gendarmerie si des victimes de violences conjugales se manifestent. Des points d’accompagnements éphémères sont également installés dans des hypermarchés et centres commerciaux.
  • Les tribunaux sont fermés mais le gouvernement a rappelé que les violences conjugales font partie des urgences traitées dans les permanences judiciaires. La préconisation d‘éviction du conjoint violent reste valable durant le confinement.
  • Enfin, il est important d’être solidaire et vigilant les uns envers les autres durant cette période : si vous entendez des cris, de femmes ou d’enfants, chez vos voisins, n’hésitez pas à aller sonner chez eux –tout en respectant les recommandations sanitaires et les distances de sécurité. Vous pouvez aussi appeler la police.
  • Pour les violences sur enfant, vous pouvez appeler également le 119.

La vigilance est l’affaire de tous et toutes, surtout en cette période !