Expositions et événements

Mis à jour le 20 septembre 2022

La saison 2022-2023 : une histoire naturelle de Nanterre

La nouvelle saison poursuit le cycle entamé l’année dernière et ouvre de manière plus directe la question du « care » : quelle attention à soi, aux autres et à son environnement ? Cette réflexion qui traverse les 5 expositions (1 exposition collective et 4 monographies) est ici croisée avec une certaine histoire naturelle de la ville.

Au centre de la saison : le repli de la biodiversité, la permanence végétale soumise aux mutations urbaines, les paysages chromatiques, sonores et historiques qui scandent la ville et en dessinent le caractère, les habitants enfin, témoins constants d’une nature hier déclassée aujourd’hui reconsidérée.

Ces sujets font évidemment écho à la crise climatique. A son niveau, La Terrasse souhaite participer à redessiner un nouveau régime d’attention à notre environnement immédiat, persuadée que la force du sensible est un agent provocateur du changement, une réponse au défi écologique et démocratique.

Parce que cette crise produit aussi ses réponses et des espoirs très concrets, La Terrasse mise sur l'intelligence collective, la complémentarité des regards en appui de celui des artistes.

Par des appels à participation, la recherche de témoignages, l’organisation d’ateliers de création collective, La Terrasse créera à nouveau les conditions d’une plus grande interaction avec les habitants. A d’autres moments de la saison, c’est avec l’enseignement supérieur que l’espace d’art intensifiera ses collaborations : notamment les étudiants du Master urbanisme de l’université Paris-Nanterre qui participeront activement au processus de création.

Enfin, toute cette saison aura été préparée avec le regard de deux complices d’envergure : l’économiste et agronome Isabelle Delannoy, à la confluence des recherches sur l’économie symbiotique et la critique d’art Pauline Lisowski, défenseure d’une approche où l’art croise l’architecture, le paysage, l’écologie. Par l’organisation de rencontres et l’écriture de textes, elles viendront éclairer la saison et ses enjeux de leur expertise.

Les commissaires scientifiques de la saison

  • Isabelle Delannoy (1972) est ingénieure agronome et spécialiste de l’environnement. Elle a longtemps travaillé avec Yann Arthus Bertrand et a été coscénariste du film « Home », sorti en 2009.

Elle est cofondatrice de L'entreprise symbiotique qui a pour mission d'accélérer la transition des entreprises et des organisations vers une économie régénérative des écosystèmes vivants et sociaux.

Après avoir passé de nombreuses années à étudier et observer les modèles économiques émergents, les innovations sociales et environnementales, les nouveaux modèles de coopération et de travail, Isabelle Delannoy avance le concept d’économie symbiotique dans un ouvrage éponyme paru en 2017 : « Révéler la logique commune à 50 ans d’innovations économiques soutenables. Mettre en symbiose les écosystèmes naturels et les activités humaines ».

Pour la saison 2022-2023, Isabelle Delannoy rassemblera dans des écrits sa perception du travail des artistes invités à travers le prisme de ses champs d’investigation. Elle mènera des temps d’échanges publics sur ses thèmes de recherche connexes aux expositions.

Consulter le site de l'entreprise Symbiotique

  • Pauline Lisowski s’intéresse aux pratiques artistiques qui touchent à l’espace, l’art du paysage, les installations in situ en rapport avec l’architecture et à des projets qui tissent du lien avec la cartographie.Elle considère l’espace d’exposition comme un lieu porteur d’inspiration pour son histoire et son architecture.

Après un diplôme national d’arts plastiques à l’école nationale supérieure d’art de Nancy, deux années d’études à l’école du paysage de Blois, un master 1 en esthétique et science de l’art et un master 2 Projets culturels dans l’espace public, Pauline Lisowski (1988) a développé une démarche de critique d’art en créant d’abord un blog d’actualité critique sur l’art contemporain.

Elle publie ensuite régulièrement dans diverses revues en ligne dédiées à l’art contemporain. Parallèlement, elle écrit des textes pour des artistes, dans des catalogues ou sur leur site internet.

Elle est membre de CEA (commissaire d’expositions associés) et de l’AICA (association internationale des critiques d’art).

Pour la saison 2022-2023, Pauline Lisowski produira des écrits sur les artistes et mènera des temps d’échanges publics sur ses thèmes de recherche connexes aux expositions.

@pauline.lisowski

Consulter le site de Pauline Lisowski