Ville de Nanterre

Recherche
 

Le renouvellement urbain du Chemin de l’Ile

Partager sur Partager cette page sur Facebook Partager cette page sur Twitter

Le projet urbain du Chemin de l’IleVoir l'image en grand

Poursuivre la transformation du quartier du Chemin de l’ile

Le quartier du Chemin de l’Ile est en pleine transformation depuis plus de 10 ans : l’ouverture de la maison du Chemin de l’Ile et de l’espace Jeunesse, le parc Hoche, l’éco quartier Hoche, le projet d’aménagement du secteur Komarov,  le nouveau centre commercial à venir. Toutefois, le secteur classé en politique de la Ville, composé de 16 tours de logements sociaux souffre de fractures urbaines et sociales importantes. La Ville a donc porté la candidature de ce quartier à l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain, qui a retenu le Chemin de l’Ile comme quartier éligible au Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) 2014/2024. Celui-ci fait aujourd’hui l’objet d’une requalification majeure, qui ambitionne d’améliorer le cadre de vie des habitants en redéfinissant les espaces extérieurs et en ramenant de la mixité sociale par la construction de logements en accession à la propriété.

 

Pour en savoir plus :La lettre du Maire

Le projet dans le temps

Retour sur les étapes du NPNRUVoir l'image en grand

Le projet

Trois secteurs sont concernés : les huit tours Logirep, les deux tours Adoma et la cité Zilina. Une première concertation avait eu lieu fin 2015 pour retenir les grands principes du projet et même si le changement de contexte lié à la mise en place de la Métropole du Grand Paris et à l’entrée en jeu des villes du territoire Nanterre - Paris Ouest La Défense (Pold) ont ralenti l’avancée du projet, les objectifs fixés par la ville demeurent intacts.

Les invariants du projet :

  • La réduction de 50% des capacités du foyer de travailleurs migrants des Sorbiers
  • Des interventions sur le cadre bâti des tours Logirep : démolition et réhabilitation
  • Le réaménagement global des espaces extérieurs du secteur de projet : espaces verts, voirie, résidentialisation, cheminements piétons, aires de jeux…
  • La reconstruction de logements en accession à la propriété pour apporter de la diversité et renforcer la mixité sociale.

Téléchargez le projet

Un processus de concertation

Conformément aux engagements pris par la municipalité en 2016 au lendemain de la signature du protocole de préfiguration, une phase de concertation avec les habitants a été menée de mai à juillet 2018.

Les sujets soumis à la concertation  :

  • Quels usages pour le réaménagement du parc des Acacias ?
  • Quelles implantations pour les nouvelles constructions ?
  • Comment aménager les nouveaux parcs créés ? Pour quelles utilisations ?
  • Comment résidentialiser les secteurs Logirep, Adoma et Zilina ?
  • Faut-il faire passer une voie circulée au milieu de la place des 5 tours ?
  • Quel réaménagement du boulevard du Général Leclerc ?
  • Comment améliorer encore davantage la sécurité dans le quartier ?

 

Synthèse de la réunion de restitution publique du 3 juillet 2018

2ème phase de concertation sur le projet ANRU du Chemin de l'Ile

Marche exploratoire Chemin de l'Ile 9 mai 2018

Présentation du projet sur le marché du Chemin de l'Ile

Atelier concertation 24 mai Maison du Chemin de l'Ile

Concertation projet ANRU Chemin de l’Ile, 31 mai

Les acteurs du projet

La Ville de Nanterre et le territoire Paris Ouest La Défense : ce sont les maitres d’œuvre, ils réalisent le projet en concertation avec les habitants et les partenaires et financent les aménagements sur les espaces publics.

Les bailleurs Logirep, Adoma et OPHLM : Ils co-construisent le projet avec la Ville. Ils financent les opérations sur les terrains leur appartenant et bénéficient pour ce faire de subventions de l’ANRU.

L’Etat : Il finance une partie du projet via l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain (l’ANRU) et à ce titre, instruit le projet présenté par les partenaires.

La Société Publique Locale de la Ville de Nanterre : Elle intervient au titre d’aménageur sur le projet.

Les autres financeurs : La Région Ile-de-France, la Caisse des Dépôts et Consignations.