La rénovation des tours Aillaud

Mis à jour le 09 novembre 2020

UN PROJET PAR ET POUR LES HABITANTS

Pour faire face aux difficultés vécues par les habitants, la ville de Nanterre, l’Etat et l’ANRU ont signé, en 2016, un accord pour donner un nouveau souffle à ce grand quartier populaire de Nanterre construit au début des années soixante-dix au pied de La Défense.

L’objectif est double : préserver ce patrimoine architectural exceptionnel, tout en offrant un nouveau cadre de vie aux riverains. Les habitants sont en effet au coeur du projet, comme l’explique Patrick Jarry, maire de Nanterre, conseiller départemental des Hauts-de-Seine : « Pour le Parc Sud, nous n’avons qu’un seul objectif et il est très simple. Nous voulons améliorer la vie des habitants du quartier. La rénovation sociale et urbaine du Parc Sud concerne toute la ville de Nanterre. C’est un projet majeur, à dimension humaine, qui va permettre à des milliers d’habitants de vivre mieux dans un quartier qui a besoin d’un nouveau souffle. La force de ce projet est d’avoir été construit avec les habitants, à toutes les étapes de son avancement. C’est un acte d’avenir et d’espoir pour Nanterre. »

Pour ce projet, une concertation de grande ampleur des habitants, usagers et partenaires du quartier a été mise en place, en 2018, avec une réunion et 6 ateliers publics, 3 rencontres avec les amicales de locataires des tours Aillaud, plus de 800 participants à ces rendez-vous, une exposition présentant les projets pour les tours Aillaud, un jury comprenant notamment deux représentants des amicales de locataires (CNL et DAL), un camion itinérant présentant le projet, des ateliers retransmis en direct sur internet et 4 lettres d’information distribuées dans toutes les boites aux lettres.

Ce dispositif unique fait suite aux premières concertations qui avaient abouti à un programme d’actions intitulé Les 192 propositions. Durant ces ateliers de travail, habitants, élus et partenaires associatifs avaient considéré qu’il était indispensable d’agir sur les grands pôles de vie qui animent le quartier.

UN PROJET D’HABITAT INNOVANT

Pas moins de 38 millions d’euros vont être engagés de 2019 à 2021, lors de la première phase de rénovation sociale et urbaine de ce quartier où se trouvent les fameuses tours Aillaud. Ce financement exceptionnel résulte de l’engagement de plusieurs acteurs institutionnels : la ville de Nanterre, l’établissement public territorial (EPT) Paris Ouest La Défense, l’ANRU, l’office municipal HLM de Nanterre, Hauts-de-Seine Habitat, Actions Logement, le conseil régional. Ambitieux, ce projet de rénovation urbaine a pour objectifs l’amélioration de l’habitat, la diversification des types de logements afin de favoriser la mixité sociale, l’amélioration des pôles commerciaux, la rénovation de plusieurs équipements publics et la requalification de certains espaces extérieurs peu adaptés aux usages d’aujourd’hui.

La première phase de rénovation du quartier du Parc Sud se traduit par la rénovation du centre commercial des Fontenelles et de ses abords, la rénovation du marché Pablo-Picasso et de ses abords, l’installation de commerces plus diversifiés et plus qualitatifs, la construction de plusieurs logements en accession à la propriété pour remplacer certains immeubles démolis, la réhabilitation de l’école Maxime-Gorki (et de son pôle : crèche, gymnase), et la démolition-reconstruction des vestiaires du stade Jean-Guimier, mais aussi la construction de 140 logements en accession privée.

A ce titre, la première phase préfigure déjà dans son ensemble la qualité et l’ambition de l’opération de rénovation urbaine du Parc Sud.

UN PROJET POUR DIVERSIFIER LES USAGES

La phase 2 du projet a été contractualisée en septembre 2019. Elle concerne notamment les tours Aillaud.

Le projet vise à proposer de l’accession à la propriété au sein de ces tours. Il s’agit également de développer des usages nouveaux : certaines tours accueilleront des petites entreprises, des activités de service créatrices d’emplois pour les habitants du quartier ou encore des activités culturelles comme un théâtre, une médiathèque ou des locaux associatifs. Toujours dans un objectif de mixité sociale, la ville de Nanterre souhaite la réalisation d’un nouveau collège accueillant des élèves du quartier et de la ville voisine de Puteaux. Concrètement, il est proposé le déplacement du collège Évariste-Galois et sa reconstruction en collège intercommunal entre Puteaux et Nanterre. Ce second volet du programme de rénovation urbaine verra également la fin de la résidentialisation de l’arrière des Fontenelles, proposera une approche paysagère (connexion avec le parc André-Malraux) et urbaine (connexions avec la Défense et le secteur du Croissant). Médiathèque, centre médical, centre culturel de rencontres sont équipements qui devraient également voir le jour à la faveur de ce projet, accompagnés de restaurants, résidences services et de courts séjours, auberge de jeunesse ou encore centre de formation.

A terme, pour que le Parc Sud retrouve sa mixité passée, le taux de logement social passera de 95% à 73%.

Une nouvelle vie pour les tours Aillaud

Dans le cadre de ce projet ambitieux et unique en France, les tours Nuages, oeuvre majeure de l’architecte Émile Aillaud, vont connaître une nouvelle vie. En raison des déperditions thermiques conséquentes, des pertes énergétiques importantes, et d’une détérioration continue des façades (1/4 des mosaïques sont tombées au sol), il convient d’agir rapidement et en profondeur afin de mettre en valeur et d’y conserver ce patrimoine. Alors même que la plupart des projets de rénovation urbaine privilégient des démolitions reconstructions, la ville et les bailleurs ont préféré une rénovation du bâti. La raison d’un tel choix se justifie par la qualité architecturale des tours Aillaud. Une seule tour (de 44 logements) sera démolie pour désenclaver ce secteurs, 11 resteront du logement social et 6, confiées au promoteur Altaréa-Cogedim, changeront d'usage.

En mars 2017 est lancé le concours pour la réhabilitation thermique et la réinterprétation artistique des façades des tours Nuage. Le ministère de la Culture est associé à cette procédure, pilotée par les bailleurs (Hauts-de-Seine Habitat et l’office municipal de Nanterre). En décembre 2017, le groupement de l’agence RVA (avec le graphiste Pierre di Sciullo et Franck Boutté Consultants) est désigné lauréat du concours.

Au terme des deux phases du projet pour tout un quartier, ce sont plus de 340 millions d’euros qui auront été investis.

RÉNOVATION THERMIQUE, RÉINTERPRÉTATION ARTISTIQUE ET INNOVATION

Pour les 11 tours qui resteront des logements sociaux, le Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) des tours Nuages porte sur trois axes : la réhabilitation dans le respect du projet d’Emile Aillaud, l’optimisation de la performance du bâti et l’amélioration de la qualité d’usage des logements.

  • Réhabilitation : construire un projet aux qualités plastiques et artistiques qui respectent l'esprit d'Emile Aillaud, avec l'intervention de plasticien et une demande forte d'innovation et d'expérimentation
  • Energie : ce projet de rénovation par l’extérieur permettra d’atteindre de meilleures performances énergétiques. Le programme d’isolation thermique vise à réduire les charges liées au chauffage de 65 à 75 %
  • Social et solidaire : ces axes seront notamment développés dans les processus de concertation et de mobilisation des habitants autour du projet architectural.

En juin 2018, le comité de pilotage du PIA valide le projet de l’agence RVA, et son concours financier pour la réalisation d’une tour pilote de la réhabilitation dont les travaux devraient débuter au cours du premier semestre 2021. Les études de conception sont en cours par RVA. Des prototypes de façades et des fenêtres ont été installées au sièges de l'office HLM de Nanterre (96 avenue Joliot-Curie) pour mettre à l'épreuve les choix techniques et montrer le futur aux habitants, partenaires institutionnels et élus. Le panneau de façade mesure 5x5,4 m et deux prototypes de fenêtres (basculant horizontal comme aujourd'hui et vertical tel qu'imaginé par Emile Aillaud à l'origine).

Vous pouvez découvrir ces prototypes sur la vidéo ci-dessous :

CHANGEMENT D’USAGE ET APPORT D’UNE MIXITÉ SOCIALE

L’APPEL À MANIFESTATION D’INTÉRÊT (AMI)

Dans ce secteur composé de 95% de logements sociaux, l’Appel à Manifestation d’Intérêt lancé en 2017 vise le changement d’usage d’environ 500 logements sociaux (sur 1 600 environ) des tours Nuages, afin de réintroduire une diversité fonctionnelle et une mixité sociale dans le quartier. En octobre 2018, le groupement Altarea Cogedim composé d’Altarea Cogedim Développement Urbain et d’Histoire et Patrimoine a été retenu. Sa proposition prévoit la démolition d’une seule tour et le changement d’usage de 6 tours Nuages (environ 490 logements sociaux) pour accueillir 260 logements en accession et environ 20.000 m² d’activités, services, équipements. De 2022 à 2030, ce sont six tours qui verront l’évolution de leur usage d’origine.

Cette évolution répondra aux besoins soulevés par les habitants et la collectivité d’apporter de nouveaux services et de la mixité sociale au secteur des tours. Elle se traduira essentiellement par une offre de logements en accession à la propriété, ainsi que l’installation de petites entreprises, des espaces de coworking, des ateliers d’artistes, des activités et des services pour tous les habitants du quartier, une ferme urbaine, un centre de santé et un centre de formation aux métiers du numérique.

LA RÉHABILITATION DES TOURS PAR L’INTÉRIEUR

La réhabilitation des tours par Altarea Cogedim sera réalisée sur des batiments inoccupés, ce qui engendre beaucoup moins de contraintes techniques et constructives pour les travaux de réhabilitation par rapport aux travaux menés par les bailleurs sociaux sur des tours occupés par des locataires. En particulier, cela permet d’envisager une réhabilitation thermique menée depuis l’intérieur des appartements (isolation par l’intérieur), ouvrant la possibilité à d’autres solutions architecturales que l’isolation par l’extérieur qui sera mise en oeuvre par les bailleurs sociaux, comme la restauration des façades en mosaïques. Cette dernière proposition est basée sur une étude patrimoniale dirigée par Bertrand Monchecourt, architecte du Patrimoine, sur la tour 17.

Dans cette étude, différentes investigations ont été menées pour identifier les pathologies des façades et l’origine des dégradations de ses parements. Cette analyse fine des matériaux mis en oeuvre par Aillaud et de ses dégradations permet de conclure aujourd’hui sur des solutions techniques permettant d’imaginer une restauration pérenne en pâte de verre et à l’identique. La restauration réalisée en milieu vide permet une réhabilitation en profondeur, avec restauration des voiles de béton, support des façades et la restauration des mosaïques. Bien évidemment, un travail est mené pour veiller à la cohérence entre ces tours qui changeront d'usage et celles qui resteront du logement social.

La réhabilitation thermique menée depuis l’intérieur des appartements inoccupés permettra d’atteindre un label thermique de type « Patrimoine basse consommation » Effinergie. Bien évidemment, comme la ville s’y était engagée, la totalité des locataires actuels concernés par ces transformations seront relogés à Nanterre, notamment dans les logements sociaux neufs du quartier des Groues, ainsi qu’elle en a convenu avec l’Etat, dans un accord signé en juillet 2015.

Habitants, associations, amicales de locataires, commerçants, collectifs citoyens sont associés à toutes les étapes d’avancement du projet. « Le programme de rénovation est ambitieux et innovant particulièrement pour les tours Aillaud, soulignait Pierre Soubelet, alors préfet des Hautsde- Seine. Le partenariat entre l’État, la ville, les bailleurs et les autres financeurs est très fort. Une attention particulière est portée aux conditions de relogement des habitants concernés par les démolitions et la rénovation de ces quartiers. Les conseils citoyens seront des interlocuteurs précieux dans la période à venir pour continuer à échanger sur ces projets de rénovation urbaine. »

Nombre d’opérations urbaines se heurtent, malgré tout le savoir-faire, l’ingénierie, l’intervention des villes, de leurs partenaires institutionnels, des urbanistes, architectes, paysagistes(etc.), à des situations d’enclavement ou de coupures quasi insurmontables. Ce n’est pas le cas du Parc Sud. Situé au coeur de la métropole du Grand Paris,il est puissamment desservi par les transports en commun, à proximité des deux pôles d’emplois très importants que sont Nanterre et la Défense… Aucune fatalité : on peut mener une opération d’aménagement ambitieuse, opérer des transformations immobilières, et permettre au quartier de se transformer, il a tout pour lui si on peut dire…

CHANGEMENT D’USAGE ET APPORT D’UNE MIXITÉ SOCIALE RETROUVÉE DANS LE QUARTIER

Il est par contre indispensable de décloisonner les territoires de Puteaux, Nanterre et la Défense là où ils entrent en contact, c’est-àdire lever un des principaux obstacles actuels auxquels sont confrontés ces territoires qui aujourd’hui se retrouvent plus dos à dos que côte-à-côte ; que les usages et les mobilités servent à recréer de la mixité dans l’appropriation des espaces et leur partage entre des populations variées, mixtes, par la programmation et l’aménagement. Le site des tours Nuages est précisément au point de contact de ces territoires, sa requalification et sa transformation sont non seulement la clé d’une amélioration de la vie de ses habitants, mais aussi de cette mise en relation de territoires plus vastes, métropolitains.

Les deux enjeux doivent être pris en compte à la fois pour réussir le projet de transformation. Il ne s’agit pas donc seulement de décloisonner, mais de réinscrire le village des tours dans le quartier du Parc Sud et son environnement urbain en développement. C’est pourquoi des actions fortes sont prévues dans le projet d’Altarea Cogedim, des actes fondateurs d’une réconciliation du site avec le quartier dans lequel il se trouve, aux quatre coins du secteur des tours :

  • Remixer les flux au contact avec le parc André-Malraux et les chemins de traverse qui descendent de La Défense,
  • Mener des actions immobilières et d’aménagement fortes sur l’avenue Pablo-Picasso, en dépassant le périmètre du secteur des tours,
  • Fonder des programmes ambitieux à l’entrée est du quartier du Parc Sud,
  • Diversifier les façons d’habiter.