Les Papeteries de la Seine

Mis à jour le 07 mai 2019

Les anciennes papeteries de la Seine ont fermé le 31 mars 2011. Le site a depuis été acheté par le groupement BNP-Woodeum, afin d’y développer un projet économique innovant et responsable.

Un pôle économique d’éco-industries

Sur ce site de 17 ha qui attire les convoitises, la ville propose la création d’un pôle économique constitué d’éco-industries.

Respectueux de l’environnement, il accueillera uniquement des entreprises propres :

  • unités de recyclage,
  • unités de retraitement,
  • sociétés d’économie sociale et solidaire,
  • entreprises de logistique urbaine autour de modes de transport alternatifs à la route...

Conçu comme une alternative au tout tertiaire de La Défense, le nouveau site offrira des emplois diversifiés, ouverts à tous.

Ce projet veut rendre toute sa place à la Seine. Objectif : préserver les richesses paysagères et patrimoniales du fleuve, tout en profitant de son potentiel en matière de transport. Cette zone économique innovante, verte, avec une grande qualité paysagère, sera donc largement ouverte au public.

Reconvertir un site particulièrement contraint

Le site des anciennes Papeteries de la Seine cumule de fortes contraintes environnementales, rappelées dans le PLU : isolement du reste de la ville avec la présence de l’échangeur A14-A86, voisinage direct de la maison d’arrêt des Hauts-de-Seine, fortes nuisances sonores causées par les voies ferrées… Aujourd’hui, ce site illustre parfaitement les conséquences dévastatrices de la réalisation d’infrastructures ne respectant pas les territoires où elles s’implantent.

Reconquérir l’ensemble des bords de Seine

Le site offre néanmoins l’opportunité d’imaginer un projet économique atypique et innovant aux portes de la Défense, tel que transcrit dans le PLU :

  • implantation d’une plate-forme logistique intermodale profitant de l’accès à la Seine pour contribuer demain à la réduction de la place des poids-lourds dans la gestion des flux logistiques du dernier kilomètre
  • développement de nouveaux locaux d’activités neufs, à l’image de ce qui a pu être fait avec la reconversion du site Vandemorteele au Petit-Nanterre avec l’accueil de l’entreprise industrielle Elis, ou de nouveaux locaux en capacité d’accueillir PME-PMI et entreprises de l’économie sociale et solidaire
  • innovation en accompagnant le renforcement d’une dynamique des savoirs et de la connaissance passant par le renforcement des liens entreprises / Université / formations locales / recherche…

Inscrite au cœur des quartiers bordant la Seine, la mutation de ce site permet également de poursuivre l’ouverture de Nanterre sur son fleuve, d’agrandir le parc du Chemin-de-l’Ile de 2 hectares tel que prévu par le PLU et d’offrir un nouvel accès aux berges de Seine dans la continuité de la rue Anatole-France, tout en préservant certains bâtiments emblématiques de l’histoire industrielle de ce lieu.

Le projet

Le projet imaginé aujourd’hui sur ce secteur comprend :

  • la création d’un campus tertiaire contribuant à qualifier le site et dont la spécificité est d’être une construction majoritairement en bois,
  • des locaux destinés à d’autres activités : PME, laboratoires High-Tech, sites de co-working, services aux entreprises,
  • une plateforme logistique multimodale identifiée au PLU et sur le SDRIF, s’inscrivant dans le schéma de logistique urbaine étudié par les six villes environnant la Défense,
  • une liaison vers la Seine dans la continuité de la rue Anatole France, à travers un mail qui s’élargit vers le fleuve pour permettre une extension du Parc du Chemin-de-l’Ile.

La concertation s’est engagée en mai 2016, notamment en vue de la création d’une future Zone d’Aménagement Concertée. Dans le cadre des études complémentaires à mener, comprenant notamment une étude d’impact, il s’agit aujourd’hui de définir des réponses adaptées et innovantes aux contraintes du site pour assurer un cadre de vie favorable au bien-être et à la promotion de la santé des futurs usagers de ce secteur, appelé à devenir un important pôle d’emplois ainsi qu’un des grands accès au fleuve. Devront plus particulièrement être prises en compte les problématiques liées à la pollution sonore et de l’air puisque ce site est particulièrement impacté par ses nuisances.

Favoriser la santé, l'environnement et l'aménagement durable

Les défis environnementaux du site demandent une réponse innovante pour offrir aux futurs usagers du secteur, salariés comme utilisateurs du parc du Chemin-de-l’Ile et des équipements envisagés, des conditions favorables à leur bien-être. Ce projet de reconversion représente une opportunité pour la ville d’améliorer la santé et le bien-être des habitants et des salariés en agissant sur plusieurs facteurs : qualité environnementale du site, développement de structures pouvant dynamiser et diversifier l’emploi local, réaménagement urbain.

Le projet entame aujourd’hui sa phase de concertation. Il s’agit de faire bénéficier la démarche et les études à venir de l’appui technique de l’ADEME et l’ARS sur la prise en compte des enjeux de santé et d’aménagement durable. Une étude d’Impact en santé viendrait également maximiser les retombées du projet.

L’opération d’aménagement sur le site des Papeteries a l’ambition d’être exemplaire sur le plan environnemental :

  • intégrer la promotion de la santé dans la démarche de concertation déjà engagée sur le secteur et appelée à se poursuivre tout au long de la création de la future Zone d’Aménagement Concerté (ZAC).
  • définir une programmation intégrant des aménagements et usages maximisant les bénéfices sur la santé et le bien-être des habitants et salariés
  • agir sur les différents déterminants de la santé et offrir des solutions innovantes : type de construction des bâtiments, manières de travailler, opportunités d’emploi, modes de déplacement et habitudes de consommation entre autres.