Ville de Nanterre

Recherche
 

Le Printemps de l'égalité

Depuis 2012, autour du 8 mars, les associations et les services municipaux de Nanterre organisent de nombreuses initiatives sur la thématique de l’égalité.

Partager sur Partager cette page sur Facebook Partager cette page sur Twitter

Edition 2019 : du 8 au 25 mars

Depuis plusieurs années, le Printemps de l’égalité fait le trait d’union entre la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars, et la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale fixée au 21 mars.

Ces deux dates n’en font qu’une à Nanterre pour sensibiliser la population à ces deux combats qui présentent de nombreux points communs : la lutte pour l’égalité des droits entre les femmes et les hommes et le refus des discriminations, qu’elles qu’en soient les formes et les victimes.

Fruit d’une collaboration entre les associations, les centres sociaux et culturels, les missions de quartiers et les différents services municipaux, le Printemps de l’égalité propose, cette année encore, une programmation riche et variée qui mêle conférences, débats, expositions, films, rencontres sportives et théâtre avec la représentation attendue de la pièce Désobéir.

Le Printemps de l’égalité́ marque également l’attachement de l’équipe municipale à une ville inclusive, une ville pour tous et toutes. C’est la raison d’être de la création en 2014 de la délégation municipale pour l’accès aux droits, en charge de la coordination de la lutte contre les discriminations et du respect de l’égalité femmes-hommes.

Cet objectif d’une ville inclusive irrigue l’ensemble des politiques municipales, qu’il s’agisse de la santé, de l’emploi, du logement, de la culture, de l’éducation ou du sport.

Programme Le Printemps de l'égalité 2019

Pourquoi le Printemps de l’égalité ?

Depuis plusieurs années, la ville de Nanterre co-organise avec les associations de tous quartiers, le Printemps de l’égalité. A Nanterre comme ailleurs, les services de la mairie ont constaté que deux populations spécifiques sont plus exposées que les autres à des difficultés particulières (dans l’accès à l’emploi notamment) : les populations d’origine étrangère réelles ou supposées d’une part et les femmes d’autre part. Ces inégalités sont le résultat de constructions sociales qui se fondent sur les nombreux stéréotypes présents dans la famille, l’éducation, la culture, les médias, le monde du travail, l’organisation de la société… autant de domaines dans lesquels il est possible d’agir en adoptant une approche nouvelle et en opérant des changements structurels.

Autour de la Journée internationale de la femme (8 mars) et de la Semaine de solidarité avec les peuples en lutte contre le racisme et la discrimination raciale (du 21 au 27 mars), le Printemps de l’égalité ouvre le dialogue autour des discriminations et permet à chacun de s’interroger sur ses propres comportements.