L'Université Paris-Nanterre

Mis à jour le 17 avril 2019

Théâtre d'une histoire riche en événements, l'Université Paris-Nanterre offre aujourd'hui un campus de 32 hectares. Lieu de vie et de culture avec sa piscine, ses espaces verts et son théâtre, l'université accueille des formations de pointe, des formations internationales et une recherche reconnue dans le monde et maintes fois primée, dans les domaines les plus divers.

Un peu d'histoire

1960 : il faut décongestionner la Sorbonne surchargée et créer de nouveaux sites universitaires. Le gouvernement décide l'implantation d'une université à Nanterre sur un ancien camp d'aviation désaffecté appartenant à l'Etat.

La petite histoire veut que ce soit le général de Gaulle en personne qui ait décidé l'implantation d'une université à Nanterre. Se rendant à l'Elysée en hélicoptère, il aurait survolé Nanterre et, apercevant l'ancien camp d'aviation désaffecté et la ligne de chemin de fer toute proche, il se serait écrié: "voilà le lieu idéal pour une université!"

Le site choisi présente de nombreux avantages: il s'agit de l'ancien camp militaire de la Folie, de vastes terrains appartenant à l'Etat, qui ne sont plus utilisés. D'autre part Nanterre est proche de Paris et desservie par le train.

La première pierre est posée en 1963 et les premiers bâtiments ouvrent en octobre 1964. Ils accueilleront des étudiants en lettres et de sciences humaines dans un environnement très différent de celui de la Sorbonne! S'ajoute ensuite très vite une faculté de droit et sciences économiques. Le 24 décembre 1970, un arrêté ministériel créé officiellement l’université de Paris-X-Nanterre, une des plus importantes de France par son nombre d'étudiants, qui se monte très vite à 20 000.

Aujourd'hui le campus de Nanterre s'étend sur plus de 30 hectares et regroupe :

  • les locaux d'enseignement et de recherche
  • la bibliothèque universitaire et la Contemporaine, bibliothèque de documentation internationale et contemporaine
  • la maison de l'archéologie et de l'ethnologie
  • le restaurant universitaire
  • une résidence universitaire de 1 200 chambres
  • une piscine olympique
  • un centre sportif universitaire ouvert aux publics extérieurs
  • le théâtre Bernard-Marie-Koltès.

LA CONTEMPORAINE : BIBLIOTHÈQUE, ARCHIVES, MUSÉE DES MONDES CONTEMPORAINS

La contemporaine, mieux connue sous son appellation antérieure Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), est la seule institution en France à collecter, conserver et communiquer des collections sur toute l'histoire européenne des XX et XXI siècles. Créée en 1918 afin de comprendre les causes de la Grande Guerre, elle a pour vocation de rassembler tous les matériaux et toutes les traces des événements pouvant servir à interpréter et écrire l'histoire de notre temps. Ses collections sont réputées pour leur composition originale, alliant systématiquement écrit et image. Aujourd’hui sont proposés à la consultation plus de 4,5 millions de documents.
Une bibliothèque numérique permet de consulter en ligne une partie des collections : argonnaute.u-parisnanterre.fr

Installée actuellement sur deux sites distants (Paris et Nanterre), La contemporaine prépare, pour 2021, son emménagement dans un nouveau bâtiment sur le campus de Nanterre, qui sera largement ouvert au public, devenant alors le premier Musée de Nanterre.

Liens utiles

|La contemporaine

Mai 68 à la fac de Nanterre

C'est dans la toute nouvelle université de Nanterre que tout a commencé : le 22 mars 1968, une centaine d'étudiants pour la plupart membres de groupes anarchistes ou gauchistes occupent la tour administrative. Parmi eux, un certain Danniel Cohn-Bendit. Ils veulent protester contre l'interdiction qui leur est faite de pénétrer dans les étages de la cité universitaire réservés aux filles. Cet événement, qui n'en fut pas un à l'époque, est considéré aujourd'hui comme un symbole : celui de la remise en cause de l'autorité des mandarins universitaires, le refus de l'ordre établi, l'expression d'une soif de liberté.

Durant le mois d'avril interruptions de cours, grèves spontanées et assemblées générales se succèdent à Nanterre. Des milliers d'étudiants clament leur désir de changement.
Début mai, l'agitation gagne Paris et la Sorbonne. De nombreuses manifestations ont lieu jusqu'à la répression policière violente du 9 mai au soir : en riposte, la faculté de Nanterre et celles de Paris sont occupées jour et nuit par les étudiants. Plus aucun cours n'a lieu. Les organisations syndicales appellent les travailleurs à manifester le 13 mai pour protester contre la répression des manifestations étudiantes. Ce sera un succès immense. Dès le lendemain, de nombreuses entreprises se mettent en grève dans tout le pays : jusqu'à 10 millions de grévistes fin mai!

La municipalité de Nanterre exprime sa solidarité avec les grévistes en apoprtant colis et secours en argent pour les familles, ainsi que la cantine gratuite pour les enfants.

La signature des accords de Grenelle fin mai entre le CNPF, le gouvernement et les syndicats entraîne la fin du mouvement. Un mouvement où l'université de Nanterre et ses premiers étudiants ont joué un rôle essentiel.