Restos du cœur : la distribution hivernale touche à sa fin

Solidarité santé - Le 15/02/2016

Restos du cœur : la distribution hivernale touche à sa fin

La saison de distribution hivernale des Restos du cœur prendra fin le 18 mars prochain. L'occasion de tirer un premier bilan auprès du centre de Nanterre.
Cette année encore les 80 bénévoles du centre ont accueilli un grand nombre de Nanterriens. 1456 familles sont ainsi actuellement inscrites contre 1482 l'an passé.

Pierre Cayla, responsable des Restos du Cœur de Nanterre : « au niveau des repas servis on était à 316 000 l'année dernière, on est déjà arrivé cette année à 249 000. On pense que là on va arriver à peu près dans les mêmes chiffres que l 'an dernier. »

Des chiffres qui font de Nanterre le plus gros centre des Restos du cœur des Hauts-de-Seine et du Val d'Oise réunis en nombre de familles inscrites, comme en quantité de repas distribué.

P.C. : « On fait à peu près 320 tonnes dans la campagne d'hiver. Sachez que 20 tonnes c'est une semaine de distribution. »

Mais derrière ces statistiques se cache une évolution constatée dans la population accueillie au centre.

P.C. : « On a vu arrivés quelques travailleurs et quelques retraités pauvres qui accèdent aux Restos du cœur en fonction des loyers qu'ils ont à assumer. Ils arrivent à passer dans les barèmes des Restos. Ça c'est nouveau de cette année. »

Afin d'assurer au mieux sa mission pour les mois à venir, le centre de Nanterre va participer à la grande collecte nationale des Restos du Cœur, programmée les 11 et 12 mars prochains. Deux jours durant lesquels les volontaires devront démarcher les hypermarchés de Nanterre et des villes alentour, les coups de main sont évidemment les bienvenus.

P.C. : « On a besoin de bénévoles et des bénévoles extérieurs aux Restos. Il y a un site restos où les bénévoles peuvent s'inscrire et j'en ai déjà contacté une dizaine qui vont venir nous aider ponctuellement le vendredi et le samedi. »

Pôle animation : les jeunes ont la parole
« Qui est le mieux placé pour parler des envies d'avenir ? Nous avons entre 11 et 13 ans et nous sommes en direct du palais des sports pour discuter ensemble. »

Un atelier de réalisation d'une émission de radio était proposé aux 10-14 ans qui fréquentaient le pôle animation pendant les vacances. Une activité originale pour ces jeunes habitants de Nanterre.

Mikael Chevalier : « La conception de cette émission c'est un travail en amont avec les jeunes pour préparer des questions, pour savoir quelles sont leurs envies et à partir de cela interviewer les autres jeunes de Nanterre qui vont donner leur avis sur des sujets comme l 'écologie, le vivre ensemble et la fait d'être citoyen dans une ville aujourd'hui. »

Lounes : « on est parti dans toutes les activités avec un micro et on a posé des questions aux enfants et ils nous répondaient. »

Deuxième étape de cette activité l'enregistrement en studio d'une émission sur radio Agora.

Anaïs : « Quand on est entré dans la salle, je ne m'attendais pas à voir les micros et les casques. Je croyais que c'était juste un enregistreur. Mais en fait c'était vraiment comme dans les vraies radios. »

Leïla : « Il y a Mikael qui nous a posé des questions et on a répondu en général. On a donné notre avis, on a dit tout ce qu'on avait à dire. »

Anaïs : « On a besoin de concentration, d'énergie, ne faut pas être trop timide . à la radio, il ne faut pas tousser, tous les petits trucs au final, les gens les entendent. Il faut être bien concentré, bien écouter les questions et il faut être présent. »

L'objectif pour les jeunes, c'est de s'exprimer certes mais d'avoir une formation. Vous leur proposer aussi de poser leur voix. Vous pensez que ça peut créer des vocations ?

Mikael : « ça forge des vocations. Il y a un jeune que j'ai eu, il y a deux ou trois ans au pôle animation à l'atelier radio, Akim, qui maintenant anime teen's on air sur radio Agora. »