Ville de Nanterre

Recherche
 

Une coopération avec la ville d'Aizaria dans la banlieue de Jérusalem

La ville de Nanterre s'engage pour une paix juste et durable au Moyen-Orient, à travers son accord de coopération avec la ville partenaire d'Aizaria, dans la banlieue est de Jérusalem.

Partager sur

Un accord de coopération entre Nanterre et Aizairia

Le 20 mars 2012, à l’unanimité des votes exprimés, le conseil municipal a approuvé la signature d’un protocole de coopération décentralisée entre les villes de Nanterre et d’Aizaria. Cet accord a été signé le 6 juin à Nanterre par Patrick Jarry et son homologue palestinien Sufyan BASSA, en présence de l’ambassadeur de Palestine,  d'une représentante de l'Union juive française pour la paix et du premier adjoint.  De nombreux Nanterriens étaient également présents pour assister à cet acte de solidarité avec une ville de la banlieue est de Jérsusalem, traversée par le mur de séparation. Cet acte réaffirme l’engagement de la ville de Nanterre pour une paix juste et durable au Moyen-Orient.


L'accord permettra de consolider les liens qu'entretiennent les deux villes depuis 2007 dans les domaines de la jeunesse, de l'urbanisme et du développement économique en les inscrivant dans une perspective à long terme.

 

 Après son séjour à Nanterre,  très riche en échanges, visites et rencontres institutionnelles et citoyennes dans les différents quartiers. Sufyan Bassa s’est rendu avec Patrick Jarry et à Canoas pour participer au IIIème FALP.

Aizaria, Nanterre deux villes de périphérie

Aizaria est une ville  de 25 000 habitants, située dans la banlieue est de Jérusalem, en Cisjordanie.  Elle est partenaire, au côté de Nanterre, du Forum des Autorités Locales de Périphéries pour des métropoles solidaires (FAL-P).

La ville d'Aizairia a la particularité d'être séparée de Jérusalem par le mur construit par le gouvernement Israëlien pour séparer les zones israëliennes et palestiniennes. Ce mur rend très diffcile la vie quotidienne des habitants d'Aizaria, qui rencontrent de réelles difficultés pour accéder au centre ville de Jérusalem, principal pourvoyeur d'emploi, mais aussi pour accéder aux services publics, y compris l'eau.

 

Un champ de coopération très étendu

Le  protocole de partenariat définit, sur une durée de cinq ans, les domaines dans lesquels les deux villes pourront s’investir :

  • le renforcement institutionnel,
  •  la culture et le patrimoine historique,
  • l’action sociale,
  • l’environnement,
  • la santé,
  • le développement urbain,
  • l’éducation.

Il décline ensuite les différentes formes qui permettront à cette coopération de se concrétiser :

  • échanges entre groupes de la société civile,
  • formations d’élus et de cadres municipaux,
  • projets culturels…