Ville de Nanterre

Recherche
 

Verre, piles, textile

Partager sur

Chiffres clés

En 2015 :

  • 845 tonnes de verre collectées, soit 8 kg par habitant/an.
  • 179 tonnes de textile collectées, soit 2 kg par habitant/an.

Recherchez les points de collecte proches en 1 clic

Localiser  des colonnes à verre, des bornes à vêtements, des récupérateurs de piles usagées, c’est  possible grâce au portail cartographique.

Pour accéder directement au portail cartographique, cliquer ici.

La collecte du verre

Le verre ménager est à déposer dans l'une des cent bornes installées sur l'espace public.
Il est ensuite recyclé.

La collecte des piles

Le recyclage des piles favorise la réutilisation de ressources naturelles nécessaires à l'activité de nombreuses industries, mais disponibles en quantité limitée.
Ce geste simple contribue à la préservation de l’environnement.

La collecte des piles est financée par les les fabricants de piles, la distribution et les importateurs.

 

Les piles usagées peuvent être déposées dans certains bâtiments municipaux :

 

  • au Palais de sports
  • à l’Agora
  • à la Maison de la musique 
  • à l’accueil de l’hôtel de ville (niveau 0)
  • dans les mairies de quartier du Parc, du Petit-Nanterre, du Mont-Valérien et du Chemin-de-l’Ile
  • dans les groupes scolaires : Honoré-de-Balzac, Elsa-Triolet, Henri-Wallon, Jules-Ferry, Joinville, Pablo-Picasso et Provinces-Françaises.

La collecte du textile

Les bornes de récupération du textile permettent de recycler: vêtements, linges de maison, chaussures par paires, maroquinerie.
Le tout doit être déposé dans des sacs plastiques afin d’éviter toutes salissures ou dégradation.
Ces bornes à vêtements sont ensuite collectées par Le Relais. Créé en 1984, ce réseau d’entreprises à but socio-économique a pour objectif l’insertion par le travail de personnes en difficulté.


Le Relais offre un service gratuit de collecte, de tri et de conditionnement.

Ses trois filières de valorisation des textiles sont la revente des vêtements de seconde main dans 50 boutiques en France, l’exportation vers les pays en voie de développement (Afrique) et la revente à des entreprises de transformation textile.