Ville de Nanterre

Recherche
 

La coopération avec Prétoria

Les liens tissés depuis 1985 dans le cadre de la lutte anti-apartheid ont débouché sur le développement de la coopération entre Nanterre et l'Afrique du Sud, concrétisée par plusieurs échanges.

Partager sur

Une coopération en actes

Une coopération en actesDepuis les années 90, Nanterre a noué des relations privilégiées avec Atteridgeville, une township de 230 000 habitants de la banlieue de Pretoria, ancien ghetto sous le régime de l'apartheid.

La relation de solidarité politique initiale s'est vite transformée en relation de découverte et d'échanges puis en coopération sociale et économique:

  • séjours de jeunes Nanterriens en Afrique du Sud
  • organisation d'un match amical de rugby entre Stellerbosch et Nanterre
  • accueil de jeunes et d'élus du township d'Atteridgeville : ainsi, fin 1997, Nanterre reçoit Watson Nxele, conseiller municipal d'Atteridgeville et Peter Makahya, secrétaire de la South African National Civic Organisation (SANCO), tous deux membres de l'ANC. Un voyage d'étude pour découvrir comment une ville comme Nanterre répond aux questions d'organisation en matière de logement, chômage, sports, assainissement, voirie, collecte des déchets, etc.
  • mission d'étude en Afrique du Sud, conduite par Gérard Perreau-Bezouille, adjoint au maire chargé des relations internationales en juillet 1998, pour lancer officiellement le projet de coopération.
  • 10 octobre 1998: signature de l'accord de coopération entre Nanterre et Pretoria.
  • octobre 1198: stage de formation d'un mois à Nanterre de trois personnalités d'Atteridgeville: Christine Stola Mamabolo (conseillère municipale), Thabo Mookeng (président de l'ANC local) et Buti Simelane (vice président, directeur d'une entreprise de formation et consultant auprès du gouvernement sud-africain pour la gestion locale). Durant leur séjour, ils ont multiplié les réunions de travail avec les responsables des services muncipaux nanterriens, surtout autour de l'aide sociale. Leur objectif : "former la population pour lui permettre de jouer un rôel important" et "faire en sorte que le dévleoppement du pays profite à tous, et donc à la population noire, la plus pauvre".