Ville de Nanterre

Recherche
 

L'apartheid : qu'est ce que c'est ?

Toute sa vie, Nelson Mandela s'est battu contre ce système de gouvernement instauré en 1950 en Afrique du Sud, système qui prônait la distinction entre des races considérées comme hiérachiquement distinctes.

Partager sur

Définition

L'apartheid est à l'origine un mot afrikaans signifiant « séparation, mise à part ».

C'est un système politique organisé à partir d'une discrimination raciale rigoureuse qui promeut « le développement parallèle et séparé des races ».
L'apartheid organise  une séparation territoriale systématique entre les différents groupes ethniques.

Sur un plan économique, l'apartheid veut pérenniser la domination culturelle et politique des Blancs basée sur une démographie majoritairement blanche et afrikaner.

Les dates clés de l'apartheid

  • 1913 et 1936 : création des premières réserves afin de séparer noirs et blancs en Afrique du Sud
  • 1948 : le Parti national afrikaaner conquiert le pouvoir.
    Instauration de l'apartheid.
  • 1991 : abolition officielle de l'apartheid.

4 groupes raciaux hiérarchiquement distincts

  • les Blancs : ce sont les descendants d’immigrants européens arrivés dans le pays à partir de 1652. Parmi eux : les Afrikaners (60 % ), surtout d'origine néerlandaise, et les anglophones (40 %), en majorité d'origine britannique. Ils représentent un peu plus de 21 % de la population sud-africaine en 1950.
  • les Indiens : ce sont les descendants des coolies recrutés dans les régions de Madras et de Calcutta à partir de 1860, et qui furent engagés dans les plantations de canne à sucre du Natal. Ils représentent un peu moins de 3 % de la population en 1950.

  • les Coloured (ou métis) : ils représentent 9 % de la population sud-africaine en 1950. 
     
  • les Noirs ou Bantous : ils représentent près de 67 % de la population sud-africaine au moment de la mise en place de l'apartheid (80 % vivent alors en zone rurale). Ils se répartissent entre une dizaine d'ethnies dont les plus importantes sont les Xhosas et les Zoulous.

Les bantoustans

Ces régions créées en 1951 sont la traduction concrète du concept de développement séparé : elles ont été instaurées pour accueillir séparément les différents groupes ethniques d'Afrique du Sud. Au total, 13 % de la superficie du pays étaient occupés par ces bantoustans ("terre des peuples"), le reste étant réservé à la population blanche -le but étant de rendre les Blancs majoritaires en Afrique du Sud .

Conséquence :  plusieurs millions de Noirs ont été déplacés vers les bantoustans  entre 1960 et 1980 et se sont vu du même coup retirer leur citoyenneté sud-africaine pour leur donner celle de leur bantoustan. Ils sont désormais considérés comme des étrangers dans leur propre pays et ne disposent plus de leurs droits civiques.

Le  township de Soweto est ainsi une pure création du régime de l'apartheid :  il a été peuplé suite à l'expulsion en 1955 par le ministre des affaires indigènes de 80 000 Noirs des quartiers de Sophiatown, Martindale et Newclare.